• Asmae aux Philippines

    - Date d’implantation : 1989
    - 1er poste de coordination à Manille (Ile de Luzon) en 1994 (coordinatrice actuelle : Anna Belt)

    Chiffres clés 2012
    - 10 associations locales partenaires 
    - 22 projets financés
    - 10 288 bénéficiaires directs dont 10 011 enfants et familles
    - 1 199 enfants soutenus par 399 parrains
    - 6 chantiers de solidarité internationale réalisés avec l'aide de 17 bénévoles
    - Zones d’intervention urbaines : Manille (île de Luzon), Cebu City et Iloilo City (Visayas)
    - Zones d’intervention rurales : région des Visayas

    • Thématiques prioritaires :

    - Education : Accès à une scolarité de qualité, Accompagnement des enfants en situation de handicap,  Participation de l'enfant.

    - Psychosocial : Prévention et prise en charge de la maltraitance, Mineurs en situation de rue.

    image-Philippines-OK.jpg

    Aux Philippines, 40% de la population vit au dessous du seuil de pauvreté.

    C’est un pays émergeant, qui présente des indicateurs à la fois encourageants et trompeurs. Les données cachent de grandes disparités, notamment entre milieu rural & urbain, et entre communautés.

    Le taux de scolarisation est de 95%, mais l’abandon scolaire est très fréquent car malgré un système éducatif gratuit, les familles les plus pauvres ont des difficultés à subvenir aux besoins scolaires de leurs enfants. De plus, de nombreuses études montrent que la qualité de l’éducation est de plus en plus faible, particulièrement pour l’éducation secondaire. Le fort taux de chômage n’encourage pas non plus les familles à investir dans la scolarité de  leurs enfants, néanmoins il est aujourd’hui nécessaire d’avoir aux Philippines un niveau universitaire, veut-on avoir une chance de trouver un emploi décent.

    Ainsi nous soutenons des programmes favorisant la scolarisation et l’éducation de  différents publics, ceux les plus touchés par la déscolarisation et l’abandon scolaire :  : les enfants des rues et des bidonvilles, les enfants handicapés, les enfants vivant dans les exploitations sucrières, etc.

    Par ailleurs, plus de 10 millions d’enfants philippins sont considérés comme particulièrement vulnérables : c'est-à-dire soit malnutris, non éduqués, au travail, dans la rue, ou  soumis à des violences ou des risques d’abus (les Philippines restent une destination phare pour le tourisme sexuel).

    Avec nos partenaires, le psychosocial est un de nos axes de travail principaux. Nos projets dans ce domaine concernent la prise en charge des enfants victime d'abus, les enfants des rues et un programme avec les enfants sourds.Actuellement nos programmes cherchent aussi à aider les employés de nos organisations partenaires à mieux prendre soin des enfants en prenant aussi soin d’eux-mêmes, notamment dans leur manière de gérer le stress de leur travail ainsi que leur vécu personnel (nombreux ont eux-mêmes vécu des situations traumatisantes).Les chantiers d’animation en été et au printemps sont aussi un moyen d’intervention intéressant pour apporter une ouverture et un soutien aux publics cibles en grande difficulté.

    Nos axes d’intervention répondent aussi à certaines problématiques spécifiques : dans les régions rurales, qui souffrent d’isolement, les enfants peuvent vivre dans des conditions très précaires et des contextes parfois violents. Nous y menons des projets visant l’ accès à l’éducation (notamment par le biais du parrainage). Nous apportons également notre appui à des programmes axés sur les droits de l’Enfant (, lutte contre la maltraitance, promotion de la participation des jeunes au sein de la communauté,  etc.).

    Dans les zones urbaines, et surtout dans la capitale Manille, un grand nombre de familles vit dans des bidonvilles et des habitats précaires . Le problème des enfants en situation de rue y est très important. Pour favoriser une meilleure prise en charge de ces enfants, notre approche passe notamment par l’appui à des centres d’accueil de jour et par la professionnalisation des éducateurs de rue..


    NOS INTERVENTIONS :
    N.B. Le descriptif de nos actions avec chaque partenaire n'est pas exhaustif. Par ailleurs, les projets de nos partenaires sur lesquels nous n'intervenons pas ne sont pas présentés.

    • Encourager le travail des associations DANS la rue,
      avec le réseau des éducateurs de rue des partenaires d’Asmae à Manille (SENMAP = Street Educator Network of Manilla) :

    C’est en 2006 que nous avons initié ce réseau afin de permettre l’échange de bonnes pratiques de terrain entre différentes associations travaillant auprès des enfants en situation de rue (dont nos partenaires Virlanie, Bahay Tuluyan et Kanlungan). Il s’agit de favoriser les échanges entre éducateurs de rue, de renforcer leurs compétences et de travailler à une meilleure coordination de leurs interventions. En parallèle, depuis 2010, une psychologue leur apporte le soutien nécessaire pour améliorer leurs pratiques mais aussi pour aider ces travailleurs de rue à gérer le stress et les situations difficiles qu’ils ont à gérer quotidiennement. Notamment nombre d’entre eux ont été eux aussi lorsqu’ils étaient enfants, victimes d’abus, de négligence et/ou de violence.

    De plus, un partenariat de long terme a été construit avec Clowns Sans Frontières qui intervient tous les ans auprès des membres du réseau. Ce partenariat permet notamment à des jeunes en situation de rue de s’initier à de nouvelles techniques et ainsi de se découvrir de nouveaux talents, favorisant ainsi le développement de leur estime de soi et la résilience.

    • Développer des compétences en suivi psychosocial et en accompagnement judiciare,
      avec Hope World Wide, Kanlungan et SIMAG :

    Nous travaillons avec ces trois ONG pour renforcer le suivi psychologique des enfants victimes d’abus. Plus précisément, un conseiller technique intervient auprès des équipes pour développer leur compréhension des mécanismes psychosociaux en jeu et ainsi améliorer la prise en charge des enfants victimes d’abus. Dans cette optique, elle accompagne les travailleurs sociaux à appréhender l’enfant dans sa globalité et dans son environnement familial et communautaire.

    Dans ce cadre, des mécanismes de protection et de prévention communautaire vont par exemple être développées dans les Haciendas où travaille SIMAG ; tandis que pour Hope et Kanlungan l’accent est davantage mis sur la réintégration de ces enfants au sein des familles et/ou communautés après leur passage en centre résidentiel.

    Ce  projet touche aussi à la dimension légale de l’abus, en assurant un meilleur accompagnement des enfants tout au long du processus judiciaire. Cela passe notamment par le renforcement des liens avec les autorités locales et des avocats.

    • Favoriser la réinsertion des enfants en situation de rue,
      avec la Fondation Virlanie :

    Virlanie est un partenaire historique, que nous avons accompagné tout au long de son évolution.
    Aujourd’hui, nous aidons au fonctionnement des foyers de la fondation qui accueillent environ 300 enfants abandonnés ou en situation de rues. Ces derniers sont pour la plupart scolarisés, notamment grâce au parrainage Asmae, et peuvent bénéficier d’une prise en charge sanitaire et d’un suivi psychologique.
    Notre soutien est en priorité tourné vers les dépenses éducatives et médicales mais avec une partie axée sur les activités pédagogiques au sein de ces foyers. Le travail d’une mission individuelle Asmae a notamment permis la mise en place d’un programme de suivi éducatif de l’enfant.
    Virlanie propose aussi un programme pour l’orientation et l’insertion professionnelle, ainsi que le développement personnel des adolescents. Nous sommes engagés notamment à travers des parrainages permettant de soutenir les étudiants dans le cadre de formation universitaire ou technique.

    avec Kanlungan :

    Nous apportons un soutien global au programme de prise en charge des enfants en situation de rue (financement, parrainage scolaire, mise en réseau).
    De même, par différents moyens (chantier d’animation dans la rue et dans les centres d’accueil, financement de sorties éducatives), nous contribuons au renforcement de la thématique périscolaire au sein de ce programme.

    • Soutenir la scolarisation des enfants marginalisés des zones de bidonvilles,
      avec Santo Nino, Tos & Help à Manille :

    Nos partenaires Santo Nino, Tos et Help travaillent tous trois pour l’éducation des enfants défavorisés des quartiers pauvres ou des bidonvilles.
    Nous nous joignons à leurs efforts pour soutenir la scolarisation de ces enfants à travers des programmes de parrainages. Avec TOS, nous parrainons 55 étudiants issus de familles défavorisées pour leurs études universitaires, aujourd’hui, certains d’entre eux sont devenus instituteurs dans les écoles mises en place par l’association.

    Avec Santo Nino, nous parrainons 65 enfants de l’école primaire au supérieur. Nous commençons aussi à nous impliquer auprès de ce partenaire sur la thématique de la participation des enfants, à travers l’appui à un « Youth Council ».
    Nous intervenons également chez ces différents partenaires à travers des chantiers de construction pour aider à bâtir ou maintenir les infrastructures, et des chantiers d’animation qui consolident l’apport méthodologique que nous offrons pour des projets d’activité avec les enfants.

    Chez Help, nous apportons notre soutien à plus de 235 enfants. Ces jeunes se sont d’ailleurs dernièrement regroupé en un groupe appelé SPY, qui met en place des activités pour les jeunes tels que compétitions sportives, soutien scolaire, formations, etc. Ils ont aussi accueilli un chantier en Avril 2011.

    • Favoriser le bien-être et la réussite des enfants sourds,
      avec IDEA :

    IDEA s’occupe de la prise en charge scolaire et du suivi d'enfants sourds sur l'île de Bohol.
    Durant plusieurs années, nous avons travaillé avec ce partenaire à la mise en place d’un programme de prévention et de détection de la surdité dans les écoles primaires et maternelles de la région, dont les objectifs quantitatifs sont aujourd’hui largement atteints

    Nous avons également collaboré avec le personnel éducatif et enseignant pour améliorer la prise en compte des facteurs psychosociaux dans les relations avec les enfants sourds ; une psychologue a été missionnée auprès des équipes pour développer leurs capacités à gérer les différentes situations. La mission a permis de travailler à des pratiques visant à renforcer l’estime des enfants, leur sécurité émotionnelle et le lien avec les familles. Pour la valorisation du lien parents/enfants,  nous participons aussi au financement de cours de langue des signes pour les parents d’enfants sourds.

    Notre partenariat comprend aussi le parrainage de 62 enfants sourds pour la scolarisation et l'accueil en dortoirs.

    • Munir les enfants handicapés pour un avenir autonome,
      avec “United Initiatives of Person with Disabilities to Uplift their Dignity” (Ulikid) :

    Nous soutenons depuis 2006 cette jeune association de parents d’enfants poly-handicapés.

    Nos premières actions de partenariat ont eu pour objectif d’améliorer les conditions de prise en charge des enfants, en construisant un centre d’accueil qui accueille aujourd'hui en journée une trentaine d'enfants chaque semaine et une cinquantaine les weekends pour des activités ludiques favorisant leur scolarisation et pour ceux qui en ont les capacités, la possibilité de rejoindre une scolarité normale.

    En 2007, des besoins en termes de formation des équipes locales et de développement des compétences pédagogiques ont émergé. Nous avons ainsi accompagné l’équipe de mamans du centre dans la définition d’un programme éducatif intégré, et dans la création d’outils de suivi individuel des enfants (progression, étapes de développement, autonomie …) avec l'appui d'un éducateur spécialisé en mission Asmae en 2008 et 2009, qui se poursuivra en 2011 et 2012 par une nouvelle mission de développement de ce programme et des capacités de l'équipe et des parents pour un meilleur accompagnement de leurs enfants au quotidien.

    Enfin, au-delà de ce programme éducatif, Asmae a également soutenu un renforcement d'autres activités tels des formations et séminaires pour les parents, des rassemblements pour les parents et les enfants afin de créer des groupes de paroles et l'opportunité de participer à des sorties exceptionnelles, ainsi que des activités ludiques pendant les grandes vacances auxquels participent chaque année des bénévoles chantiers Asmae.

    • Défendre les droits de l’enfant,
      avec SIMAG :

    Simag est un de nos premiers partenaires aux Philippines. Cette association met en place des programmes sociaux pour les familles pauvres employées dans les haciendas de cannes à sucre du Negros occidental, qui vivent dans des conditions très difficiles. Pendant longtemps, nous avons accompagné les initiatives de ce partenaire en appui à la scolarisation, par l’intermédiaire notamment de chantiers de construction d’écoles et de préscolaires.

    Aujourd’hui, nous intervenons en appui global sur les différents volets du programme Développement de l’enfant, basé sur les droits de l’enfant, lancé en 2004 :
    - Nous parrainons 190 jeunes défavorisés par le biais de parrainages individuels et collectifs pour leur permettre d'accéder à des études aux niveaux primaires, secondaires et universitaires : en retour, les plus âgés de ces étudiants sont actifs dans le projet social et délivrent notamment des cours de soutien scolaire aux plus jeunes ainsi que des animations pendant les grandes vacances, avec l'appui depuis 2009 de bénévoles Asmae en chantiers d'animation.
    - Nous soutenons le volet sensibilisation des familles aux droits de l’enfant et notamment à la participation par le biais de financements et de l'appui de missions professionnelles successives depuis 2007.
    -  Nous apportons notre appui aux actions de prévention sur les abus sexuels menées en milieu scolaire auprès des professeurs. Nous avons mis en relation dès 2006 Simag avec un de nos partenaires ressources (formulation), le CPTCSA, qui a contribué à développer la méthode « Personal Safety Lessons» et a travaillé à la création du matériel pédagogique.  Asmae finance ces modules, assure la médiation et accompagne la mise en place et l'autonomisation du projet.


     

    Crédit photo : Hélène Blary