Association

Présente dans 8 pays (Égypte, Mali, Liban, Philippines, Madagascar, Inde, Burkina Faso et France), Asmae s’engage à soutenir les enfants les plus démunis, à favoriser leur autonomie par l’éducation et la protection. Fidèles aux valeurs d’écoute et de réciprocité, véhiculées trente années plus tôt par Sœur Emmanuelle, les équipes actuelles d’Asmae continuent à travailler de concert avec les associations locales en apportant conseil et appui.

Nous sommes convaincus que c’est par le dialogue et l’échange que nous arriverons ensemble à donner un maximum d’ampleur et d’efficacité aux actions locales au bénéfice des enfants, de leurs familles et de leurs communautés.  C’est pourquoi, Asmae – Association Sœur Emmanuelle cherche tout d’abord à valoriser les compétences locales avant de les renforcer par l’intervention de professionnels si le besoin s’en fait sentir.

Nos missions

Favoriser le développement de l’enfant, par une approche globale

Pour cela, Asmae agit aussi sur l’accompagnement des familles en tenant compte de l’environnement. Par « enfant », il est entendu les enfants et les jeunes adultes, c’est à dire qu’Asmae se concentre sur les enfants de 0 à 18 ans (cf. convention des droits de l’enfant). L’action d’Asmae est déclenchée à la fois par les droits ET les besoins des enfants. En effet, on ne peut répondre aux besoins sans impacter ou sans s’engager sur la société civile dans le cadre des droits de l’enfant.

Renforcer la capacité des acteurs locaux du développement de l'enfant, renforcer les synergies entre eux, et maximiser leur impact social

Asmae accompagne le développement, le renforcement des capacités de partenaires locaux déjà existants. Elle cherche particulièrement à appuyer des structures ou des initiatives innovantes chez les partenaires.la spécificité d’Asmae n’est pas le simple partenariat, c’est avant tout l’appui sur-mesure et sur le long terme, du travail que font les partenaires locaux auprès des bénéficiaires. Asmae et le partenaire partagent un état des lieux des enjeux et des besoins de l’enfant, et réfléchissent ensemble à la façon dont ils vont pouvoir partager leurs ressources pour avancer.

Défendre la cause de l’enfant par la sensibilisation et la prise de parole (plai-doyer)

Sensibilisation : Asmae a pour mission de sensibiliser à la solidarité et au développement à la fois le 1er cercle autour de l’enfant (famille, communauté), mais aussi le grand public local via les acteurs de proximité, et l’ensemble des acteurs du bien commun (institutions du droit de l’enfant, gouvernants…), ainsi que les medias capables d’influer sur une prise de conscience collective au Nord et au Sud.

Plaidoyer : Asmae prend la parole pour transformer la société et sensibiliser les Etats. Ce plaidoyer continue d’être nourri par la pensée et le message de sœur Emmanuelle. Il se fait sur des sujets sur lesquels l’association fournit un apport spécifique, basé sur son expérience terrain. En fonction des sujets, le plaidoyer se réalise par une action autonome et via des coopérations avec d’autres organisations.

Expérimenter, essaimer, diffuser

Asmae initie et soutient les expériences innovantes, et diffuse également cette expérimentation terrain. Elle opère sur deux niveaux :

  • La diffusion : Dans ce cas, Asmae diffuse le savoir acquis et laisse libre cours à d’autres acteurs de faire (ou pas) selon ses méthodes et principes. Via des publications, de la formation, du plaidoyer…
  • L’essaimage : Asmae appuie alors d’autres acteurs pour qu’ils appliquent ses méthodes, mais elle est également impliquée opérationnellement dans les projets.

Asmae ne duplique pas des expériences, puisque son principe d’intervention est le sur mesure et le co- développement avec le partenaire. A noter que la notion d’expérimentation est importante. Elle est présente dans les deux niveaux. Diffusion ou essaimage ne se feront que si Asmae a déjà expérimenté les actions. Enfin, dans la diffusion comme dans l’essaimage, Asmae est moteur dans un travail à mener avec ses partenaires locaux, mais aussi en impliquant d’autres acteurs.

Nos interventions

  • Formation sur place de professionnels dans les domaines de l’éducation et de la protection des enfants ;
  • contribution au développement de nouvelles pratiques ;
  • aide financière apportée pour l’amélioration ou la concrétisation de nouveaux projets ;
  • appui et conseil auprès des structures en développement (gestion, etc.) ;
  • encouragement au niveau du développement communautaire local (mise en œuvre de projets collaboratifs).

Le travail en partenariat

Nos partenaires sont des associations locales qui agissent dans le même but que nous : améliorer les conditions de vie des enfants défavorisés et leur permettre de se développer et de révéler leurs potentialités.

Nous partageons également des valeurs communes : travail dans une démarche de développement et non d’assistanat, besoin et acceptation d’une collaboration globale et pas uniquement financière, respect des différences et non-discrimination, approche globale des situations et attention à l’environnement de l’enfant, etc.

Nous pensons que soutenir ces associations locales, dont les acteurs connaissent les problématiques, les données culturelles et les réponses bien mieux que nous, est le meilleur moyen d’obtenir des progrès pour les enfants.

Nos modes d’intervention s’adaptent pour répondre aux besoins des partenaires : formation de personnel sur un domaine spécifique pour améliorer la qualité des programmes, financement de certains volets budgétaires (besoins en matériel, infrastructures ou en personnel), développement de méthodes et d’outils efficaces, aide au diagnostic et orientations pour l’avenir, etc.

Dans chaque pays, nous travaillons dans la durée et veillons à ce que les résultats soient véritablement acquis. A terme, notre objectif est que les associations locales et les populations n’aient plus besoin de nous…

L'association en chiffres

8

pays

59

associations partenaires

86

projets accompagnés dans le monde

plus de 45 000

bénéficiaires directs

1980

création

C’est l’éducation qui sauve les enfants, même les plus désespérés. L’association Asmae, mon association, les soigne, les protège et surtout les éduque.
C’est la seule façon de leur permettre de marcher vers l’autonomie, d’agir et non de subir le monde dans lequel ils vivent.

Sœur Emmanuelle