40 ans d’action – Témoignage du Docteur SANKARA, directeur du Centre National de Lutte contre la Cécité

Après 40 ans d’action d’Asmae au profit de plus de 500 000 bénéficiaires, le combat de Sœur Emmanuelle continue. L’inclusion étant un axe transversal des thématiques prioritaires d’Asmae au Burkina Faso, le Dr Sankara, directeur du Centre National de Lutte contre la Cécité (CNLC), bénéficie du soutien d’Asmae à travers le projet Grandir ensemble. Auprès du CNLC, le projet consiste à effectuer des campagnes d’intervention précoce au sein des communautés urbaines, pour sensibiliser et donner accès au dépistages des affections oculaires, notamment chez les enfants de 3 à 6 ans avec l’objectif de prévenir la cécité en donnant accès aux soins, et de promouvoir l’apprentissage précoce pour tous les enfants. À travers son témoignage, il nous fait part des avancées opérées depuis 2019, ainsi que de son ressenti sur ces accomplissements. 

Pouvez-vous vous présenter s’il vous plaît ?

Je suis Dr Pate SANKARA, je suis chef de service du Centre National de Lutte contre la Cécité.

De quel projet bénéficiez-vous ?

Nous bénéficions du soutien de Asmae à travers le projet dénommé Grandir Ensemble. Nous avions démarré ce projet avec Asmae en octobre 2019. 

Pourriez-vous nous dire en quelques mots en quoi il consiste ?

Ce projet s’intéresse aux enfants. La population cible, c’est essentiellement les enfants de 3 à 6 ans. Il consiste à faire des dépistages des affections oculaires chez ces enfants avec l’objectif de prévenir et/ou de guérir les cas de cécité. Le partenariat avec Asmae tient au fait que nous sommes une structure qui, au-delà de ces activités dans son centre, développe des activités appelées « stratégie avancées » et qui doivent se passer hors du service donc en milieu communautaire. Et c’est surtout ce volet qu’Asmae nous a supporté à promouvoir davantage. Avec le financement d’Asmae, notre structure sort sur le terrain au sein des communautés pour faire des activités de dépistage, en ce qui concerne les affections oculaires des enfants de 3 à 6 ans.

Qu’est-ce que ce projet vous a apporté concrètement ?

Ce projet nous a apporté beaucoup de choses ; notamment avec le renforcement de notre dispositif matériel technique pour les consultations. En dehors de cela, il faut dire que le projet nous a permis d’avoir une certaine expérience d’aller vers les enfants pour faire des consultations, des dépistages. Je suis très content d’avoir mené cette expérience. Il est important pour ces tranches d’âges d’enfants d’avoir une bonne vision ; parce que la vision participe à presque 85% de l’apprentissage cognitif. C’est une très bonne chose de pouvoir aller vers la cible, c’est édifiant. On applique le principe même de la médecine « Il vaut mieux prévenir que guérir ». Notre structure est ancienne mais malheureusement avec encore un niveau d’intervention très bas comme on peut le constater. Cela est dû au fait que notre matériel n’était pas adapté pour aller vers cette population cible que constitue les enfants. On avait non seulement du matériel essentiellement d’adulte, mais surtout du matériel essentiellement adapté aux consultations en site fixe. Après avoir reçu ce camion mobile, nous voulons le changer en un camion de consultation mobile, bien équipé pour le travail sur le terrain. Donc nous avons commencé nos premières expériences de stratégie avancée sur le terrain vers la population cible. Avec cette expérience qui a commencé avec Asmae, on a eu des élèves qui ont pu reprendre leur classe dans de meilleures conditions avec une acuité visuelle corrigée ou traitée. Certains élèves dépistés myopes, sont pris en charge et cela donne des lueurs d’espoir.

En quoi ce projet vous permet-il d’appréhender l’avenir différemment ?

Merci à Asmae pour cette mobilisation de ressources qui nous permet de mener cette expérience. Je pense que si on a l’occasion de la poursuivre encore sur 2 à 3 années encore, on pourra en faire un bilan et tirer des orientations qui peuvent servir d’exemple pour d’autres contrées et régions du pays, pour qu’on arrive à dépister certaines affections oculaires qui peuvent gêner la progression des enfants dans leur apprentissage, et éviter les échecs scolaires. Merci aux partenaires qui soutiennent cette action avec Asmae. Pour ce qui nous concerne, nous sommes disposés à poursuivre l’action.