40 ans d’action – Témoignage de Karine, responsable bénévole parrainage pour les Philippines et marraine pour le Liban.

7 décembre 2020

A l’occasion des 40 ans d’Asmae, Karine Gautier, responsable bénévole parrainage pour les Philippines et marraine pour le Liban, nous fait part de son expérience depuis sa première action de bénévolat en Egypte en 2002. Karine a rencontré Soeur Emmanuelle lors d’un chantier. Elle nous raconte ces moments ainsi que ses nombreux souvenirs auprès d’Asmae, des enfants et des bénévoles locaux et les leçons de vie qu’elle tire de ces rencontres.

Comment avez-vous connu Asmae ?

J’ai connu Asmae par une amie d’amies qui avait participé à un chantier et  j’avais toujours souhaité partir dans un pays, être au plus proche de la population et aider de façon modeste. Après cette rencontre, j’ai contacté Asmae et je suis partie en chantier en Egypte en 2002. C’était une expérience incroyable et j’étais satisfaite d’apporter ma goutte d’ eau et de savoir que le projet se poursuivrait après notre départ.

Quel est votre engagement auprès d’Asmae ?

Actuellement, je suis Responsable Bénévole Parrainage pour les Philippines et je suis marraine pour le Liban !

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous engager auprès d’Asmae ?

Ce qui m’a donné envie de m’engager au tout début, c’était d’une part, la philosophie d’Asmae qui consistait à accompagner localement des associations et à les rendre autonomes et d’autre part, la cause de l’éducation des femmes et des enfants. 

Quel est votre plus beau souvenir auprès de l’association ?

Nombreux sont les souvenirs avec Asmae mais le meilleur, c’est l’aventure humaine car nombreuses ont été les rencontres avec les enfants, les bénévoles locaux et de nombreuses amitiés sont nées via Asmae suite aux différentes activités auxquelles j’ai eu la chance de participer.

Avez-vous un souvenir de Sœur Emmanuelle qui vous a particulièrement touché (à la télévision, dans un de ces livres ou une de ses apparitions médiatiques…) ? Si oui, pouvez-vous nous le confier ? 

J’ai eu la chance lors d’un retour de chantier de voir Sœur Emmanuelle sur scène et l’énergie de son “Yalla” est inoubliable, l’écouter donne envie de soulever des montagnes et ses paroles ont toujours été très inspirantes pour moi.

Pouvez-vous citer une ou plusieurs choses qui ont changé pour vous grâce à Asmae ?

Grâce à Asmae, j’ai appris à apprécier les petits moments de partage et à beaucoup relativiser mes problèmes en France. En tant que responsable bénévole parrainage, le contact avec le terrain, les témoignages des enfants sont de vraies leçons de vie et dans le cadre de cette activité bénévole, je reçois beaucoup plus que le temps que je donne. 

Que souhaitez-vous à Asmae pour le futur ?

Je souhaite longue vie à Asmae et j’espère qu’ Asmae poursuivra son engagement pour l’éducation des femmes et des enfants. Dans le contexte actuel, il est primordial d’éduquer les générations futures et de leur donner l’espoir d’un avenir meilleur.