Burkina Faso : Renforcer les compétences des enfants en langage et lecture grâce à une pédagogie innovante

19 novembre 2021

Au Burkina Faso, moins de 4 % des enfants en âge d’être scolarisés bénéficient d’une éducation préscolaire. Le décalage entre l’utilisation d’une langue nationale dans l’environnement familial des enfants et le français utilisé dans l’enseignement joue également un rôle capital dans les difficultés scolaires que rencontrent les élèves. Les enjeux du préscolaire au Burkina Faso restent également ceux de l’harmonisation des pratiques pédagogiques ainsi que de la pertinence et de la variété des outils et matériels pédagogiques officiels pour mener des activités liées au langage et à la lecture.

Un projet qui vise à généraliser l’usage d’outils ludiques et à développer de nouvelles initiatives communautaires

Pour faire face à ces enjeux, le projet « Lire pour Réussir » vise à améliorer les compétences en lecture et langage des enfants du préscolaire et du primaire grâce à une complémentarité d’actions entre les acteurs institutionnels et les acteurs communautaires. Pour ce faire, il s’appuie sur la généralisation d’un outil pédagogique, « l’imagier « Yam Wekre », développé lors de la première phase du projet. Il se repose aussi sur des initiatives communautaires de promotion du langage et de la culture, telles que les classes de lecture, afin d’agir sur l’environnement général de l’enfant dans la perspective de son développement global. 

Asmae mène ce projet avec plusieurs partenaires. L’association Initiative Communautaire Changer la Vie/Nazemse (ICCV) est chargée du volet communautaire. En effet, ICCV accompagne les différentes bibliothèques partenaires dans la mise en œuvre des activités. Le Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) est, quant à lui, chargé de la mise en œuvre du volet institutionnel.

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Lire pour Réussir », Asmae prévoit, avec l’aide de l’Agence Française de Développement (AFD), l’utilisation de l’imagier « Yam Wekre », dans dix-huit structures préscolaires dans la province du Kadiogo. A cet effet, les éducateurs issus de ces différentes structures ont été formés à l’utilisation de ce dispositif par les membres de l’équipe Formateurs Concepteurs (EFC) en première année de mise en œuvre du projet. Ses objectifs sont l’amélioration des pratiques pédagogiques des éducateurs et la diffusion de l’imagier à l’échelle nationale. Le projet vise également à développer des initiatives communes aux familles, aux bibliothèques et aux écoles. 

Des ateliers innovants et très prometteurs 

Le niveau de réalisation du premier objectif a été très satisfaisant : l’équipe formateurs concepteurs ainsi que les éducateurs ont été formés à la pédagogie participative, ainsi qu’à l’utilisation de l’imagier Yam Wekre. Leur retour sur la pertinence de telles pratiques et outils était unanimement positif. De plus, les supervisions par l’équipe EFC dans les classes ont été révélé une appropriation et une utilisation très régulière de l’outil par les éducateurs. Par ailleurs, dans l’élaboration de l’imagier Yam Wekre, une attention particulière a été accordée au genre. Cela a permis, dans l’éducation des jeunes bénéficiaires du projet, de modifier l’utilisation du textes ou d’illustrations stéréotypés, et d’encourager l’expression orale aussi bien chez les filles que chez les garçons. 

Concernant la diffusion de l’imagier, des ateliers ont été mis en place au cours des deux premières années du projet afin de promouvoir cet outil auprès de dizaines d’ONG et d’associations œuvrant dans le domaine de l’éducation préscolaire au Burkina Faso. De plus, la mise en place de plateformes en ligne ont permis de faire connaître l’imagier à un large public. Sur la deuxième phase du projet lancée depuis août 2020, cette dynamique sera poursuivie afin de généraliser l’utilisation de cet outil pédagogique à l’échelle nationale.

 

Un accompagnement des bibliothèques partenaires et des écoles

L’accompagnement d’ICCV auprès des bibliothèques partenaires a été particulièrement apprécié, et les résultats des mises en réseaux des écoles et des bibliothèques communautaires ont été très satisfaisants. La célébration de la journée de l’enfant Africain, par la bibliothèque d’ICCV a eu lieu le 15 juin 2019. Cette journée sur le thème de « l’Action humanitaire en Afrique, les droits des enfants d’abord » a été animée par les bibliothécaires, et a permis aux enfants de mieux connaître leurs droits et devoirs. Des clubs de lecture ont été mis en place, et la création d’une bibliothèque itinérante de rue, aussi appelée « biblio-moto », a été grand succès. Un important défi à relever sur la seconde phase d’une maison d’édition de livres communautaires, pour rendre le projet d’Asmae, ainsi que ses partenaires, de plus en plus autonomes.