Cap Jeunesse – Questions à Christian Blanchard, directeur des programmes chez Asmae

1/4 de la population mondiale a moins de 24 ans et 90% des 10-24 ans vivent dans les pays en développement, parmi eux 630 millions de 15-24 ans sont sans emploi, sans formation et sans éducation. Le monde est face à un enjeu majeur, à la fois potentiel de développement et défi à relever : sa jeunesse. Dans les 5 pays d’intervention actuels d’Asmae à l’international (Burkina Faso, Égypte, Liban, Madagascar et Philippines) notre association a décidé de s’emparer du sujet et déploie depuis janvier 2021 un programme auprès de 8 150 jeunes : “Cap Jeunesse”. Christian Blanchard, directeur des programmes chez Asmae, répond à nos questions autour de ce projet d’envergure.

En quoi la jeunesse est-elle un enjeu majeur dans nos pays d’intervention ?

« La jeunesse est formidable quand elle est motivée », disait sœur Emmanuelle. Mais le contexte actuel dans nos pays d’intervention est peu favorable à son épanouissement personnel et professionnel. A l’échelle mondiale, un jeune sur 5 se retrouve non scolarisé, sans emploi, ni en formation ce qui entraîne des situations de vulnérabilité, d’instabilité et d’inégalités extrêmes. En 2018, les chiffres fournis par l’Unicef indiquaient que les jeunes représentaient environ 16% de la population mondiale et pouvaient atteindre jusqu’à 24% dans les pays concernés par le programme.

La forte croissance démographique actuelle et à venir, les difficultés d’accès à l’emploi liées notamment à une sortie précoce du système scolaire, le déficit d’application des cadres juridiques et réglementaires, ainsi que les phénomènes qui en découlent (développement de l’économie informelle, migrations, dérives identitaires) font de l’accompagnement de la jeunesse un enjeu majeur de cohésion sociale.

Quelle est la particularité du programme Cap Jeunesse (vs projets menés habituellement par Asmae) ?

Au regard des constats établis concernant les jeunes, Asmae et ses partenaires ont choisi d’orienter le programme selon les 3 axes suivants afin de promouvoir les droits à l’éducation, la protection et l’autonomie des jeunes. 1. Améliorer leur accès à une scolarité et à des formations professionnelles adaptées, avec un accompagnement de qualité tout au long de leurs parcours ; 2. Définir un cadre protecteur face aux violences, notamment basées sur le genre, 3. Renforcer leur pouvoir d’agir et leur engagement en tant qu’acteurs du changement.

Ce programme mené dans 5 pays (Burkina Faso, Egypte, Liban, Madagascar et Philippines) pour une durée de 3 années et qui s’adresse à plus de 54 000 bénéficiaires directs et indirects, permettra de déployer une action d’envergure en faveur de l’insertion socio-économique des jeunes, de faire émerger les bonnes pratiques et d’orienter au mieux le positionnement d’Asmae et de ses partenaires sur la thématique jeunesse.

Comment les jeunes seront impliqués dans le programme Cap Jeunesse ?

Dans le cadre de ce programme, les principaux bénéficiaires directs de l’Action sont les 8 153 jeunes (4 153 filles et 4 000 garçons) âgés de 10 à 22 ans des 5 pays d’intervention, les 413 professionnels de l’éducation et de la protection formés et 800 familles bénéficiant d’un suivi rapproché (éducation parentale, accompagnement familial). Le programme compte également 44 412 bénéficiaires indirects (membres de la communauté tels que les jeunes indirectement impliqués, frères et sœurs, parents, bénévoles, communauté spectatrice des ciné-débats ainsi que des représentants institutionnels) et touche 97 structures (partenaires, établissements scolaires, centres de formation professionnelle. Les actions prévues dans ce programme seront accompagnées par Asmae, et ses 10 partenaires, mais aussi par les jeunes, appuyés et engagés dans la réalisation du programme. L’objectif est de déplacer progressivement le positionnement des jeunes  de « bénéficiaires passifs » à celui d’« usagers d’un service choisi», ou pour le formuler plus largement, « acteurs de leur propre avenir ».

Le projet est financé à hauteur de 60% par l’AFD. Il est également soutenu financièrement par les entreprises et fondations partenaires de l’action d’Asmae ainsi que la générosité de nos donateurs.