Prévention de la déscolarisation et de l'échec scolaire

En 1989, la Convention Internationale relative aux droits de l’enfant affirmait que le droit à l’éducation et l’accès à l’enseignement primaire se devait d’être gratuit et obligatoire. En 2000, dans le cadre d’action de Dakar, les pays prenaient des engagements pour atteindre l’enseignement primaire universel. Cependant, aujourd’hui,  force est de constater que ces objectifs ne sont toujours pas atteints et que la déscolarisation et l’échec scolaire continuent d’être des réalités.

Présentation du domaine

La déscolarisation est un processus qui débute souvent dès l’école primaire et qui conduit l’enfant à se détacher peu à peu du système éducatif. Les raisons de ce détachement varient considérablement d’un enfant à un autre, d’une culture à une autre, allant, entre autres, d’un mal-être de l’enfant à un système scolaire inadapté (raisons socio-économiques et éducatives).

L’échec scolaire fait, quant à lui, référence à la non-réussite d’un élève. Les mentalités ont évolué depuis et l’on sait que l’échec scolaire n’est plus uniquement lié au comportement et aux capacités de l’élève mais est associé à un phénomène complexe et multifactoriel (système éducatif, établissement scolaire, milieu amical et familial).

La déscolarisation et l’échec scolaire entraînent l’enfant dans une spirale infernale où le manque de confiance en soi et le sentiment d’échec limitent ses chances d’insertion dans la société (exclusion, orientation scolaire restreinte, emplois informels voire dangereux, etc.).

Pour pallier ces difficultés, il faut avant tout mettre en place un ensemble de mesures afin d’éviter que la situation ne se dégrade davantage, pouvant conduire à un rejet total du système éducatif par l’enfant.

Le positionnement et l'aide d'Asmae

Asmae cherche à favoriser la qualité de la scolarité, le maintien à l'école et l'accès aux savoirs.

Pour ce faire, il faut soutenir l’enfant, en proposant des activités de soutien scolaire, développer des méthodes pédagogiques innovantes, aider au financement du matériel nécessaire pour son éducation (livres, etc.), contribuer au renforcement de la qualité de l’éducation (formation des professeurs, promouvoir un environnement bienveillant, etc.), développer des relations de confiance entre la famille et les acteurs de l’enseignement afin de valoriser l’importance de l’éducation, et enfin parrainer en apportant notamment un soutien juridique et administratif.

Chiffres clés

8

pays

plus de 35

partenaires

plus de 30

projets

plus de 20 600

bénéficiaires directs

1980

date de début

L’essentiel, c’est l’enfant et l’essentiel de l’enfant c’est l’éduquer et donc l’instruire. Dès que l’école commence, il y a quelque chose qui bouge, c’est un germe… de vie nouvelle. 

Sœur Emmanuelle