Prévention et prise en charge des enfants en danger

La Convention internationale des Droits de l’Enfant rappelle que les États signataires doivent prendre toutes les mesures pour protéger l’enfant contre toutes les formes de violence.

L’enfant en danger ou en risque de l’être est celui dont les conditions d’existence risquent de compromettre sa santé, sa sécurité, sa moralité, son éducation ou son développement physique, affectif, intellectuel ou social. La maltraitance physique et psychologique, qui peuvent se traduire sous différents aspects (négligences, abus sexuels, exploitations, etc.), figurent parmi les dangers auxquels peuvent être exposés les enfants.

Les conséquences de cette mise en danger

Les conséquences des dangers et maltraitances sont multiples : physiques (traumatisme lourd), psychologiques (dépression, trouble du sommeil, etc.), comportementales (tentative de suicide, abus de drogues etc.) et également sexuel (grossesses non désirées, rapports sexuels non protégés, etc.). Parce que ces maltraitances existent et perdurent toujours dans le monde, il est impératif que les différentes cultures et sociétés continuent d’améliorer la prise en charge de l’enfant afin de les prévenir.

La position d'Asmae

Les enfants qui sont en situation de danger subissent des comportements anormaux qui remettent en cause leur bon développement, leur bien-être et leur sécurité. Pour que l’enfant puisse retrouver un équilibre et ait une chance de pouvoir vivre sereinement afin de mener une meilleure vie, il est nécessaire de l’accompagner en prenant pleinement compte de son environnement et de sa situation (ex : travail avec sa famille en ayant une approche psychosociale, etc.) Asmae s’engage :

  • à contribuer à la création et au maintien d’un environnement sécurisant en renforçant les compétences des équipes qui encadrent les enfants en difficultés (détection des cas de maltraitance, formation, etc.) ;
  • à soutenir la mise en place de politiques de protection de l’enfant et des réseaux de professionnels (échanges de savoir-faire, formations, etc.) ;
  • à soutenir la création de comités de protection de l’enfant, ainsi que les actions de sensibilisation et de mobilisation menées auprès des enfants, familles et communautés.

Chiffres clés

5

pays

plus de 10

partenaires

plus de 12

projets

plus de 10 000

bénéficiaires directs

1990

date de début

L’essentiel, c’est l’enfant et l’essentiel de l’enfant c’est l’éduquer et donc l’instruire. Dès que l’école commence, il y a quelque chose qui bouge, c’est un germe… de vie nouvelle. 

Sœur Emmanuelle