Chiffres clés

2001

Date d'implantation dans le pays

2

programmes

81

bénéficiaires directs à Bobigny

1023

bénéficiaires directs avec Divers-Cité

plus de 2 millions d'euros

de budget

Contexte

Bien que moins visible que dans certains pays, la pauvreté existe bel et bien en France. Ce sont près de 8 millions de personnes dont 1 million d’enfants qui vivent aujourd’hui en France au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire qui ne peuvent se nourrir, se loger et subvenir correctement à leurs autres besoins élémentaires.

La pauvreté et la précarité peuvent avoir ici comme ailleurs des conséquences dramatiques, notamment sur les enfants. (La France comptait cinq millions de pauvres en 2012).

A son retour en France, sœur Emmanuelle alerte l’opinion sur ces difficultés sociales et parle de la grande détresse morale à laquelle sont confrontées nombre de familles en France. L’isolement, la fragilisation des solidarités familiales et de proximité laisse de nombreuses populations « désemparées » ou « en proie au mal-être ».

A la fin des années 90, Asmae décide de s’impliquer en France et lance une étude approfondie des besoins mais aussi des dispositifs sociaux existants, afin d’identifier le type d’action qu’elle pourrait déployer  en complément et en lien avec les dispositifs publics d’aides aux personnes et familles.

Il a ainsi été décidé d’agir :

– Pour favoriser le lien social et l’émergence d’actions collectives portés par les habitants des quartiers populaires de la région parisienne, Asmae lance un programme de développement communautaire en 2001. Sur le terrain il est animé par deux agents de développement social.

– Pour aider les jeunes mères en difficultés et leurs enfants en bas âge, premières victimes de la précarité. Après une longue phase de définition du projet, de planification financière et de recherche de l’emplacement idéal, un établissement a ouvert ses portes à Bobigny fin 2006.

Télécharger le  Projet établissement Chrysalide 2016 

Projets en France

Bobigny
Paris

Trois règles de base commandent l'action : approcher les besoins de façon pragmatique en s'appuyant sur un partenariat local, viser l'autonomie et éviter l'assistanat.

Sœur Emmanuelle