Chiffres clés

2001

Date d'implantation dans le pays

44 enfants

Nombre d'enfants bénéficiaires

24 familles

Nombre de familles accueillies

Contexte

Bien que moins visible que dans certains pays, la pauvreté existe bel et bien en France. Ce sont près de 8 millions de personnes dont 1 million d’enfants qui vivent aujourd’hui en France au-dessous du seuil de pauvreté, c’est-à-dire qui ne peuvent se nourrir, se loger et subvenir correctement à leurs autres besoins élémentaires.

La pauvreté et la précarité peuvent avoir ici comme ailleurs des conséquences dramatiques, notamment sur les enfants. (La France comptait cinq millions de pauvres en 2012).

A son retour en France, sœur Emmanuelle alerte l’opinion sur ces difficultés sociales et parle de la grande détresse morale à laquelle sont confrontées nombre de familles en France. L’isolement, la fragilisation des solidarités familiales et de proximité laisse de nombreuses populations « désemparées » ou « en proie au mal-être ».

A la fin des années 90, Asmae décide de s’impliquer en France et lance une étude approfondie des besoins mais aussi des dispositifs sociaux existants, afin d’identifier le type d’action qu’elle pourrait déployer  en complément et en lien avec les dispositifs publics d’aides aux personnes et familles.

Il a ainsi été décidé d’agir :

– Pour favoriser le lien social et l’émergence d’actions collectives portés par les habitants des quartiers populaires de la région parisienne, Asmae lance un programme de développement communautaire en 2001. Sur le terrain il est animé par deux agents de développement social.

– Pour aider les jeunes mères en difficultés et leurs enfants en bas âge, premières victimes de la précarité. Après une longue phase de définition du projet, de planification financière et de recherche de l’emplacement idéal, un établissement a ouvert ses portes à Bobigny fin 2006.

 

Notre intervention

Bobigny : Rendre de jeunes mères en détresse autonomes pour affronter la vie et élever leurs enfants

  • Accompagner les premières années de la vie des enfants, fondamentales pour leur développement;
  • Prévenir le placement des enfants;
  • Maintenir et renforcer les liens familiaux existants;
  • Réapprendre à devenir parent et reprendre confiance en ses capacités à construire un projet de vie;
  • Trouver sa place dans la société…

C’est pour répondre à ces différents objectifs qu’Asmae a ouvert un centre d’hébergement pour les mères seules très fragilisées, ayant un ou des enfants en bas âge. Agréé par le département dans le cadre de la politique de protection de l’enfant, le centre mère enfant accueille pour une durée moyenne de deux ans, une vraie halte sur un chemin chaotique.

L’établissement comporte en son sein deux pôles complémentaires :

La Chrysalide est une structure d’hébergement qui propose à 19 femmes et leurs enfants des logements autonomes. Une équipe de travailleurs sociaux a pour mission l’accompagnement des jeunes mères sur le versant de la parentalité, de l’insertion et de la resocialisation à travers un accompagnement individuel et des ateliers collectifs, notamment : atelier cuisine, gestion du budget, apprendre à vivre dans un logement, expression corporelle, gestion des émotions… Il s’agit de permettre aux femmes de se poser, de se reconstruire et de trouver en elles-mêmes les compétences nécessaires pour  » repartir  » dans la vie. L’Ile aux enfants : une crèche pour les enfants, un soutien pour les parents.

L’Ile aux enfants est une crèche familiale composée d’assistantes maternelles qui accueille les enfants et veille à leur développement physique et affectif. Elle permet aux parents de concilier vie professionnelle et vie familiale. Dans le cadre de la protection de l’enfance, la crèche peut dans les moments difficiles pour les mères (événements familiaux, hospitalisation) proposer des accueils.

Trois règles de base commandent l'action : approcher les besoins de façon pragmatique en s'appuyant sur un partenariat local, viser l'autonomie et éviter l'assistanat.

Sœur Emmanuelle